Page 6 sur 6

MessagePosté: 20 Déc 2006, 23:21
par p.express
@ Hedwige : Mais je ne dis rien d'autre, il agit de façon complètement irrationnelle (c'est-à-dire comme tout adolescent pris dans une pareille tourmente, enfin ont-ils besoin de vivre dans la tourmente...). Cela dit, puisque jamais JKR ne nous donne des aecdotes pour rien, je suis contente de voir que notre dame sagesse est d'accord avec moi. Oui le coup de la torture ne peut pas être que de l'avoir à ce point gâté et laisser grossir même si rien que ça c'est déjà un amour twisté.

PS : ravie de te retrouver, et j'aime quand tu reviens avec un tel festival d'idées subtiles et bien tournées.

Je suis très heureuse d'être de retour aussi Poupou... J'ai eu beaucoup de choses en ce moment, et je n'avais plus beaucoup le temps...

MessagePosté: 24 Jan 2007, 14:50
par Requiem
Je me demandais si Dudley s'était tout simplement rendu compte de ce qu'il était ? C'est-à-dire un enfant pourri gâté
Ce qui expliquerai la raison pour laquelle Dumbledore a dis à propos de Harry qu'il n'a pas subi les terribles dommages infligés à Dudley car en effet à l'âge de 17 ans Dudley est incapable de faire quoique ce soit

MessagePosté: 12 Aoû 2008, 14:14
par Dumblerogue
Je crois que le pire souvenir de Dudley était quand il a su était admit à une école qui n'admit que des personnes exeptionelles (Poudlard) , ou peut-etre que quand il a su qu'il était obligé de donner sa chambre à Harry :roll:

MessagePosté: 12 Aoû 2008, 16:11
par Caliméro
Bonjour tous le monde !

Si ça peut vous aider, en surfant sur La Gazette du Sorcier, j'ai trouver la traduction d'un chat avec J.K. Rowling en personne ! En voici un lien : Chat de J.K. Rowling : la traduction ! [Révélations], sur La Gazette du Sorcier. Et pour en revenir à ce qui concerne ce Topic, voici la partie qui nous intéresse, pour répondre à la question :
Superhans : Qu’était le pire souvenir de Dudley ?

J.K. Rowling : Je crois que quand Dudley a été attaqué par les Détraqueurs, il s’est vu lui-même, pour la première fois, tel qu’il était vraiment. C’était très douloureux, mais finalement salvateur ; c’est ce qui a enclenché la transformation en lui.