Voldemort a bien un côté humain

Discutez du dernier tome de la série.

Modérateur: Aurors

Messagepar banker » 28 Juil 2006, 10:07

@Pat : tu dis que seul l'homme met en place la loi du plus fort, et je ne suis pas d'accord, de nombreux animaux appliquent cette règle, entre eux, ou vis à vis des autres espèces...
cela ne lui confère donc pas un côté humain, puisque c'est une règle très valable dans la nature, à tous les niveaux.
Avatar de l’utilisateur
banker
Auror
 
Messages: 3229
Inscription: 12 Jan 2006, 15:16
Localisation: absent souvent. mais pas trop

Messagepar Pat Rorrythe » 28 Juil 2006, 10:10

Oui, tu as raison Banker, et notre culture va plutôt dans le sens de protéger les victimes et les faibles (on est encore loin du compte). Cette loi du plus fort est à l'inverse de la notion de sacrifice (sauf quand le sacrifié est choisi par les plus forts).
Mais donc, pour revenir au topic, c'est la peur humaine de la mort qui garde à Voldemort un côté humain. Quelle sera sa réaction si ses horcruxes sont tous détruits ?
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar Le Prince de sang-mêlé » 28 Juil 2006, 21:18

Probablement qu'il ne le saura qu'a l'article de la mort

correction modo : banker
carpe diem
Avatar de l’utilisateur
Le Prince de sang-mêlé
Elève
 
Messages: 173
Inscription: 30 Mai 2006, 01:13
Localisation: devant mon ordinateur

Messagepar spero » 30 Juil 2006, 13:01

Voldemort a peut-être aussi peur de l'amour que de la mort!
:wink:
Dernière édition par spero le 31 Juil 2006, 01:36, édité 1 fois.
"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit"
- Luna Lovegood, sans aucune raison apparente (OP10)

Avatar de l’utilisateur
spero
Préfet(e)-en-chef
 
Messages: 370
Inscription: 29 Mai 2006, 16:48
Localisation: Côté Ouest de l'Atlantique

Messagepar Pat Rorrythe » 30 Juil 2006, 19:52

Peut-être pas, mais peut-être Voldemort méprise-t-il l'amour parce que trop éloigné de sa vision "la loi du plus fort". Il hait tout ce qui a trait avec la faiblesse pour lui : les gens qui ont un idéal, ceux qui veulent sauver les autres. Il y a chez lui cette froide détermination du mental et de l'intellect. Mais a-t-il encore un cœur ? On dit que haine et amour sont proches, donc si sa haine est débordante, il a encore des émotions qui viennent du cœur ?
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar spero » 12 Aoû 2006, 04:31

Mmmmh... je ne suis pas sûre que Voldemort a vraiment cette froide détermination du mental et de l'intellect comme tu dis.

Dans le tome V, Harry ressent à plusieurs reprise des émotions fortes lui venant de son lien avec Voldemort: Joie sadique, colère meurtrière. Ses désirs son intenses.
Est-ce que ça lui donne des caractéristiques humaines? oui, je crois. C'est pas beau, mais ça le rend vulnérable. :twisted:
"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit"
- Luna Lovegood, sans aucune raison apparente (OP10)

Avatar de l’utilisateur
spero
Préfet(e)-en-chef
 
Messages: 370
Inscription: 29 Mai 2006, 16:48
Localisation: Côté Ouest de l'Atlantique

Messagepar Nils » 09 Sep 2006, 19:50

Mais donc, pour revenir au topic, c'est la peur humaine de la mort qui garde à Voldemort un côté humain.

Oui, c'est vrai mais a-t-il encore peur de la mort, maintenant qu'il a pu recréer son corps et croit posséder encore 5 horcruxes?
Néanmoins c'est vrai qu'il est humain du fait qu'il recherche le pouvoir et l'immortalité, ce que beaucoup d'hommes recherchent par des voies souvent très différentes (heureusement). Son roman familial est tristement humain et lui-même offre un bon exemple pour les psychiatres des ravages que cause une absence total d'amour chez un enfant en bas âge (comme tu le disais plus haut)...
Mais le but de Voldemort, c'est de quitter le statut d'humain et de devenir un dieu.
Avatar de l’utilisateur
Nils
Elève
 
Messages: 211
Inscription: 09 Nov 2005, 14:27

Messagepar Pat Rorrythe » 09 Sep 2006, 22:23

On dit aussi que les humains ont comme différence avec les animaux d'avoir des désirs : c'est cela qui garde Voldemort humain, ces désirs inassouvis de puissance et d'immortalité, et ce sadisme aussi peut-être...Voldemort est loin de l'état purifié recherché par les vrais alchimistes, il n'est que le grossissement de l'homme ténébreux qui ne veut assouvir que des désirs corporels et jamais spirituels. Même son immortalité n'est qu'une immortalité du corps, attaché aux objets, une immortalité purement matérialiste.
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar spero » 09 Sep 2006, 23:08

Oui un Dieu... auto-engendré. Une toute puissance par une absence de lien à d'autres êtres humains. Rien attendre des autres, il se veut sans famille. Pas d"amis mais des partisants. Pas d'amour reçu, haine à donner seulement. Voilà ce qu'il veut

D'ailleurs je suis tombée sur un truc très intéressant sur la haine et son lien à l'amour. Si je résume: La haine n'est pas plus le contraire de l'amour que le vinaigre est le contraire du vin. Une transformation finalement qui permet d'ailleurs de garder une forme de lien à l'Objet de haine.

Ça me fais penser à une question intéressante. Qu'est-ce que Voldemort deteste le plus?
Ne serait-ce pas en même temps ce qu'il investit le plus? Ce qu'il ne veut surtout pas perdre?

Autre chose intéressante (bah pour moi en tout cas) La haine peut être une nécéssité pour retrouver une cohésion interne, pour ne pas céder à la peine et s'y dissoudre, pour garder ou retrouver une unité menacée. Elle permet, dans son exaltation et dans la force illusoire qu'elle donne, de nier la perte ("je le hais, donc je le garde"). Triompher en conservant l'objet de la haine par et dans la haine.

Et le sadisme... comporte inévitablement une part de plaisir (sinon ce n'est que de la destructivité). On est dans le négatif avec Voldemort mais je pense qu'il est humain.
"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit"
- Luna Lovegood, sans aucune raison apparente (OP10)

Avatar de l’utilisateur
spero
Préfet(e)-en-chef
 
Messages: 370
Inscription: 29 Mai 2006, 16:48
Localisation: Côté Ouest de l'Atlantique

Messagepar Pat Rorrythe » 09 Sep 2006, 23:29

L'idée de l'auto-engendrement est aussi une idée alchimiste, où les natures féminine et masculine de l'alchimiste créent l'enfant philosophique, un peu à l'image de la virginité de la Vierge Marie qui sous l'action de l'Esprit Saint met au monde un nouveau-né. Ce dogme assez mystérieux trouve ici une résonance.
Spero, pour toi la haine est aussi une protection pour ne pas reconnaître ses erreurs ?
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar spero » 11 Sep 2006, 14:49

Pat Rorrythe a écrit:Spero, pour toi la haine est aussi une protection pour ne pas reconnaître ses erreurs ?


Tu me mets à l'épreuve Pat pour me poser des questions comme celle-là! :shock:

Il ne peut pas y avoir qu'une seule réponse.
Donner une réponse générale qui tenterais de faire une généralisation sur la question de la haine? Impossible car il y a tellement de situation et de cas de figure.
Donner une réponse spécifique concernant Voldemort? Déjà c'est plus facile, quoique je ne crois pas pouvoir vraiment y répondre. Ne pas reconnaitre ses erreurs est pour moi une conséquence de sa haine. Je ne crois pas que ce soit possible d'en faire un lien de cause à effet (pour ne pas reconnaître ses erreurs il a choisi la haine). La haine isole, elle empèche l'indentification à l'autre le rendant donc dans l'impossibilité de voir les conséquence de ses actes ou le résultat négatif de son attitude. La haine (comme l'envie) s'appuie sur un narcissisme blessée (cause?).
Dernière édition par spero le 02 Nov 2006, 14:54, édité 1 fois.
"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit"
- Luna Lovegood, sans aucune raison apparente (OP10)

Avatar de l’utilisateur
spero
Préfet(e)-en-chef
 
Messages: 370
Inscription: 29 Mai 2006, 16:48
Localisation: Côté Ouest de l'Atlantique

Messagepar Pat Rorrythe » 11 Sep 2006, 18:07

Haine et aveuglement vont de pair : on déteste ceux qui montrent nos erreurs et qui deviennent "plus forts" que nous alors. Accepter une leçon est une chose tellement difficile ! (c'est un prof qui parle...). Le comique (ou le tragi-comique) de Harry Potter est de voir cet adolescent tenir en échec le plus grand mage noir du XXe siècle : Voldemort le déteste et le méprise tellement que peut-être la source de la magie noire vient de là : se concentrer sur la haine pour éliminer ses détracteurs. C'est la seule échapatoire pour ceux qui refusent une certaine vérité. On retombe dans la loi du plus fort.
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar MANATH » 12 Sep 2006, 13:29

On les déteste, mais est ce que l'on ne les envie pas un peu aussi ?
Tu ne crois pas que VOldemort aurait lui aussi désiré être aimé comme Harry? Voldemort n'a pas connu sa mère, mais il sait que Lily a profondément aimé son fils? Parfois je me demande s'il ne s'est pas identifié à Harry (dans ses moments de faibles), et le sang qui coule dans ses veines est celui de Harry donc qu'en est il ? (Je crois que cette question a déjé été abordée, mais je n'ai pas vu de réponse)

J'ai voulu citer Pat Rorrythe et j'ai tout supprimé, désolée

Merci d'écrire les pseudonymes dans leur intégralité en dehors de La tête de sanglier et des 3 balais. Ann
"L'écriture, c'est ébranler le sens du monde, y disposer une interrogation indirecte, à laquelle l'écrivain, par un dernier suspens, s'abstient de répondre. La réponse, c'est chacun de nous qui la donne, y apportant son histoire, son langage, sa liberté." Roland Barthes
Avatar de l’utilisateur
MANATH
Ordre de Merlin, 3e classe
 
Messages: 1841
Inscription: 14 Avr 2006, 13:00
Localisation: Home sweet home

Messagepar spero » 13 Sep 2006, 15:23

oui Manath

Moi, j'en suis persuadée. Mais cette identification, cette envie est intolérable. Il ne peut pas se l'avouer à lui même. Tu imagines comment c'est sa toute puissance qui s'écroule que de s'avouer à lui même qu'il regrette l'amour de ses parents?

... Ça le tuera peut-être.. ou pire encore :twisted:
"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit"
- Luna Lovegood, sans aucune raison apparente (OP10)

Avatar de l’utilisateur
spero
Préfet(e)-en-chef
 
Messages: 370
Inscription: 29 Mai 2006, 16:48
Localisation: Côté Ouest de l'Atlantique

oldemort a bien un côté humain

Messagepar michel » 11 Nov 2006, 04:16

A priori Voldemort renie ses parents parce qu'il a été abandonné, ensuite le fait d'apprendre que ces aptitudes relèvent de la magie le porte à penser que ces dons viennent de son pére. Finalement en même temps qu'il s'améliore dans l'exercice de la magie, il va rechercher ses origines et apprendre les conditions de sa naissance. Concernant son pére son jugement est sans appel car il l'a abandonné, et il n'est pas un sorcier. Par contre le rôle de sa mére évolue: d'une moldue, elle devient une sorciére qui pour survivre n'a pas hésité à vendre son précieux bien de famille le médaillon,. Mais surtout elle lui a transmis via le nom son principal héritage celui d'être un serpentard. Comme pour Harry Potter le rôle des mêres bien que bref les a marqué. On peut se demander si lors du combat final cet aspect ne va pas revenir au premier plan. en effet, si Harry réussi à confronter Voldemort à l'image de sa mêre, il peut faire resurgir et s'amplifier l'aspect humain que Voldemort tend à nier par ces actes de destruction. Cette confrontation pouvant conduire à une prise de conscience de ce qu'il est devenu et par conséquent à sa propre destruction en tant que représentant du mal.
michel
Moldu(e)
 
Messages: 44
Inscription: 05 Nov 2006, 05:06

Précédente

Retourner vers Harry Potter et les Reliques de la Mort

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron