Opposition Harry/Voldemort

Signification des noms, relations entre les personnages, théories diverses, discussions sur leur évolution...

Modérateur: Aurors

Opposition Harry/Voldemort

Messagepar marie » 01 Déc 2006, 16:51

Voila, Voila je lance un sujet : Lors de ma dernière lecture du Tome VI (en fait je suis en cours depuis mardi et oui encore une relecture !!!:lol: ), je me suis rendu compte de quelque chose qui ne m'avait pas vraiment frapper jusqu'a présent cette opposition aussi flagrante de Voldemort et Harry.
- Tous les traits de caractère que l'on ressent dans le 6, Voldemort ne veut pas d'amis, Harry à des amis proches.
- L'amour des parents d'harry contre le rejet du père de Voldemort et la volonté de sa mère pour ne pas vivre.
- Le sentiment d'amour harry contre la haine de voldemort.
- Leurs dates de naissance 31-07 pour harry/31-12 pour Voldemort (plus opposé c'est dure).

Un seul point les rassemble ce sont des orphelins.

Voila je ne sais pas ce que vous en pensez mais le fait que J.K.R mette autant d'energie (surtout de mots :wink: ) pour montrer le différence m'intrigue beaucoup surtout les opposer jusqu'a leur dates de naissance pour moi c'est gros !!!
Avatar de l’utilisateur
marie
Elfe de Maison
 
Messages: 78
Inscription: 07 Nov 2006, 15:33
Localisation: qq part sur une autre planete

Messagepar Pat Rorrythe » 01 Déc 2006, 16:59

Il semble que JKR ait sciemment voulu montrer deux trajectoires d'orphelins et leurs choix opposés à l'extrême.
Ca rappelle les deux serpents du caducée d'Hermès. A ce propos, j'ai trouvé un texte d'Eliphas Levi assez étonnant :

"Ces faits étranges mais incontestables nous entraînent nécessairement à conclure qu’il existe une vie commune pour toutes les âmes, ou du moins une sorte de réflecteur commun qui lie toutes les imaginations et toutes les mémoires, où nous pouvons nous voir les uns les autres, comme il arrive dans une foule qui passe devant un miroir. Ce réflecteur c’est la lumière odique du chevalier de Reichembach, c’est notre lumière astrale, c’est le grand agent de la vie nommé od, ob et aour par les Hébreux. Le magnétisme dirigé par la volonté de l’opérateur c’est Od, le somnambulisme passif c’est Ob : Les Pythonisses de l’antiquité étaient des somnambules ivres de lumière astrale passive. Cette lumière, dans nos livres sacrés, est appelée esprit de Python parce que dans la mythologie grecque le serpent Python en est l’image allégorique.
Elle est représentée aussi dans sa double action par le serpent du caducée ; le serpent de droite est Od, celui de gauche est Ob, et au milieu, au sommet de la verge hermétique, brille le globe d’or qui représente Aour ou la lumière équilibrée.
Od représente la vie librement dirigée, Ob représente la vie fatale. C’est pour cela que le législateur hébreu dit : Malheur à ceux qui devinent par Ob, car ils évoquent la fatalité, ce qui est un attentat contre la providence de Dieu et contre la liberté de l’homme.
Il y a certes une grande différence entre le serpent Python, qui se traînait dans la fange du déluge et que le soleil perça de ses flèches ; il y a, disons-nous, une grande différence entre ce serpent et celui qui s’enroule autour du bâton d’Esculape, de même que le serpent tentateur de l’Eden diffère du serpent d’airain qui guérissait les malades dans le désert. Ces deux serpents opposés figurent en effet les forces contraires qu’on peut associer, mais qui ne doivent jamais se confondre. Le sceptre d’Hermès, en les séparant, les concilie et en quelque sorte les réunit ; et c’est ainsi qu’aux yeux pénétrants de la science, l’harmonie résulte de l’analogie des contraires.
Nécessité et Liberté, telles sont les deux grandes lois de la vie ; et ces deux lois n’en font qu’une, car elles sont indispensables l’une à l’autre
La nécessité sans liberté serait fatale comme la liberté privée de son frein nécessaire deviendrait insensée. Le droit sans devoir, c’est la folie. Le devoir sans droit, c’est la servitude.
Tout le secret du magnétisme consiste en ceci : gouverner la fatalité de l’ob par l’intelligence et la puissance de l’od afin de créer l’équilibre parfait d’aour.


Ce qui évoque la phrase de Dumbledore avec ses deux serpents : oui, mais en essence divisés.
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar spero » 01 Déc 2006, 21:55

Mmmmmhh....*smiley penseur*

Intéressant Pat.

Ma réflexion est en cours...
"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit"
- Luna Lovegood, sans aucune raison apparente (OP10)

Avatar de l’utilisateur
spero
Préfet(e)-en-chef
 
Messages: 370
Inscription: 29 Mai 2006, 16:48
Localisation: Côté Ouest de l'Atlantique

Messagepar Pat Rorrythe » 01 Déc 2006, 22:20

J'en ai un autre, qui est tiré d'un ouvrage de HPB (Helena Petrovna Blavatsky) et qui est à mettre en relation avec la tête de serpent de Voldemort après sa renaissance :

"Voici comment le grand Mage du 19e siècle (Eliphas Levi) confirme ce
qui précède au sujet de la lumière astrale : 'Nous avons dit que pour acquérir la puissance magique, il faut deux choses : dégager la volonté de toute servitude et exercer à la domination. La volonté souveraine [de l'adepte] est représentée dans nos symboles par la femme qui écrase la tête du serpent, et par l'ange radieux qui réprime et contient le dragon sous son pied et sous sa lance.
Déclarons ici sans détours que le grand agent magique, le double courant de lumière, le feu vivant et astral de la terre, a été figuré par le serpent à tête de taureau, de bouc ou de chien, dans les anciennes théogonies. C'est le double serpent du caducée, c'est l'ancien serpent de la Genèse ; mais c'est aussi le serpent d'airain de Moise, entrelacé autour du tau, c'est-à-dire du lingam générateur ; c'est aussi le bouc du sabbat et le Baphomet des templiers ; c'est l'Hylé des Gnostiques ; c'est la double queue du serpent qui forme les jambes du cop solaire des Abraxas ; c'est enfin le diable de Mr Eudes de Mirville, et c'est réellement la force aveugle que les âmes [c'est-à-dire le Manas inférieur ou Nephesh] ont à vaincre pour s'affranchir des chaînes de la terre ; car si leur volonté ne les détache pas de cette aimantation fatale, elles seront absorbées dans le courant par la force qui les a produites, et retourneront au feu central et éternel (1, 17). Ce "feu central et éternel" est cette Force de désagrégation qui consume et détruit graduellement le kâmarûpa, ou "la personnalité", dans le kâma loka où elle passe après la mort. Vraiment, les médiums sont attirés par la lumière astrale et c'est la cause directe qui fait que leur « âme »personnelle est absorbée "par la force qui a produit" leurs éléments terrestres. C'est pourquoi le même Occultiste nous dit :" Toute I'œuvre magique consiste donc à se dégager des replis de l'ancien serpent, puis à lui mettre le pied sur la tête et à le conduire où l'on voudra. Je te donnerai, dit-il dans le mythe évangélique, tous les royaumes de la terre si tu tombes et si tu m'adores. L'initié doit lui répondre : je ne tomberai pas, et tu ramperas à mes pieds ; tu ne me donneras rien, mais je me servirai de toi et je prendrai ce que je voudrai : car je suis ton Seigneur et ton Maître!"
Et dans ce cas, l'Ego personnel s'unissant à son père divin, participe à l'immortalité de celui-ci. Autrement...
Mais en voici assez. Béni soit celui qui connaît les pouvoirs doubles à I'œuvre dans la lumière ASTRALE ; trois fois béni celui qui a appris à discerner l'action noétique de l'action psychique du Dieu « Au Double Visage » qui est en lui, et qui connaît la puissance potentielle de son propre Esprit, ou la « Dynamique de l'Ame ».


Extrait de Râja yoga ou occultisme de HP Blavatsky, personnage évoqué dans la liste des magiciens célèbre de l'EHP sous le pseudonyme annagramique (mmmh un néologisme) de Cassandra Vlabatsky.
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar marie » 02 Déc 2006, 17:05

hummmm !!! cette discussion part au delà de toutes mes espérences. Merci Pat pour tes explications et on point de vue.
Avatar de l’utilisateur
marie
Elfe de Maison
 
Messages: 78
Inscription: 07 Nov 2006, 15:33
Localisation: qq part sur une autre planete

Re: Opposition Harry/Voldemort

Messagepar banker » 04 Déc 2006, 17:11

marie a écrit:... Leurs dates de naissance 31-07 pour harry/31-12 pour Voldemort (plus opposé c'est dure).
...


Je ne vois pas en quoi ces dates sont si séparées, cela ne fait que 5 mois d'écart, et les deux sont nés un 31 quelquechose. pour moi, le 01/07 aurait été plus éloigné de la date de Voldemort que le 31/07 ?
Avatar de l’utilisateur
banker
Auror
 
Messages: 3229
Inscription: 12 Jan 2006, 15:16
Localisation: absent souvent. mais pas trop

Messagepar Pat Rorrythe » 04 Déc 2006, 17:49

Harry a les yeux verts - a le rouge pour griffondor
Voldemort a les yeux rouges - vert pour serpentard
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar p.express » 04 Déc 2006, 18:39

Mais justement. Pour moi cette antithèse apparente conduirait plutôt à les rapprocher.
Lupin - Très bien, Neville, dit le professeur. Pour commencer, quelle est la chose qui vous fait le plus peur au monde ? _Le professeur Rogue.
Avatar de l’utilisateur
p.express
Auror retraité(e)
 
Messages: 1948
Inscription: 13 Mar 2006, 02:57
Localisation: Un peu plus souvent ici que là-bas

Messagepar Pat Rorrythe » 04 Déc 2006, 22:46

Contraires et rapprochés, on retombe dans le magnétisme dont parle Eliphas Lévi. Mais n'oublions pas que Harry a été choisi par Voldemort, et comme dit Albus, chaque tyran a le don de choisir comme adversaire son pire ennemi.
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar marie » 05 Déc 2006, 11:24

Pour moi le 31 juillet reste en plein milieu de l'été et le 31 decembre en pein mileiu de l'hiver c'est pour ça que je trouve ça tres opposé. De plus je crois que le 31 jullet est l'anniversaire de J.K.R non? Son hero avec sa date de naissance c'est marrant ça.
Avatar de l’utilisateur
marie
Elfe de Maison
 
Messages: 78
Inscription: 07 Nov 2006, 15:33
Localisation: qq part sur une autre planete

Messagepar spero » 07 Déc 2006, 17:26

Les serpent du caducée vu comme le représentant de la relation Harry/Voldemort est une idée très intéressante à explorer.

Petite parenthèse que je me suis faite personnellement (je vous la présente):
On est ici dans une tentative d'interprétation de la saga, soit par l'intermédiaire des principes alchimiques, philosophique, psychologique ou autres. Il s'agit d'emprunter un chemin de travers du côté plus abstrait de la réflexion. Mon objectif, personnellement, est d'arriver à donner un sens à une histoire qui, par ailleurs, m'interprelle personnellement. De là, je nourrit l'espoir ( :shock: mais je viens de "pluged" mon pseudo :lol: ) de trouver une voie de résolution à l'histoire elle-même i.e. Harry face à Voldemort. Fin de la parenthèse.

La lecture des extraits de Helena Petrovna Blavatsky et de Eliphas Levi présentés par Pat Rorrythe qui donnent une interprétation de la vision de Dumbledore et du serpent du caducée (uni mais séparés dans leur essence... ou quelque chose du genre) m'a vivement intéressée. À travers les symboles alchimiques on retrouve un explication du monde et des forces que le régisse... Pour moi, j'y retrouve une explication de l'humain. La saga peut-elle être comprise par l'intermédiaire de cette vision de Dumbledore? Les forces qui s'oppose dans cette histoire peuvent-elles être transposée aux forces qui s'opposent entre les hommes pour le bien et le mal ou dans l'humain lui-même entre l'amour et la haine?

J'ai déniché un livre sur Harry Potter écrit par un psychanalyste (Eric Auriacombe) qui, en plus d'être un fin connaisseur de la saga, est aussi un spécialiste des deuils précoces. Je vous présente un cours extrait où l'auteur voit comme élément fondamental à la compréhension du personnage de Harry le fait de ses expériences de deuils précoces et de la maltraitance vécu avec les Dursleys.

"Le processus traumatique du deuil précoce met en place, du fait de cette expérience particulièrement intense et cruciale de l'expérience d'effroi une forme d'évitement du souvenir, qui ouvre à l'incorporation d'évènements psychiques impossibles et interdits à penser. Ces éléments incorporés appartiennent en partie à Voldemort et se situe du côté de la haine. Mais le déni ne concerne pas seulement les conflits entre le bien et le mal, il porte aussi de manière plus fondamentale sur la question de l'existence et de l'inexistence"

L'auteur fait ainsi un lien avec la prophétie. Je trouve que ce même affrontement existentiel se retrouve dans l"image de la Force de désagrégation qui consume et détruit graduellement le kâmarûpa, ou "la personnalité" dans l'extrait de Helena Petrovna Blavatsky.
"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit"
- Luna Lovegood, sans aucune raison apparente (OP10)

Avatar de l’utilisateur
spero
Préfet(e)-en-chef
 
Messages: 370
Inscription: 29 Mai 2006, 16:48
Localisation: Côté Ouest de l'Atlantique

Messagepar Greyback » 07 Déc 2006, 18:47

A ceci près qu'Harry n'a jamais eu de deuil précoce. En effet, et je ne vais rien t'apprendre sur ce point Spero vu que tu en connais plus que moi sur le sujet, il ne suffit pas d'avoir mort d'Homme pour avoir deuil.

Pour Dumbledore comme pour ses parents et même Cedric Digory, je considère qu'il n'a jamais pu faire son deuil. Pour moi seul son affrontement avec Voldemort et la mort de celui-ci lui permettra d'être enfin capable de les pleurer vraiment (après tout il n'a jamais pleuré ses parents, ce qui est quand même loin d'être normal). Dans le cas où Harry mourait face à V., la question se régle d'elle-même :wink:

Quitte à être en conradiction avec un psychanaliste, et à vouloir faire mon petit bout de chemin de mon côté, je crains que le paragraphe que tu cites ne soit légérement... prématuré! Ou alors cela fonctionne peut-être aussiavec un non-deuil... :wink: Je suis convaincu que les psychanalistes ont des explications toutes prêtes quant au subconscient de personnes telles qu'Harry... :P :P :P
Grey, c'est Grey !
Avatar de l’utilisateur
Greyback
Auror retraité(e)
 
Messages: 1141
Inscription: 29 Jan 2006, 11:56

Messagepar spero » 07 Déc 2006, 18:56

Mais Grey, tu ne peux pas mieux dire!

C'est exactement le propos du Psy. Harry, face au trauma précoce de la mort de ses parents, n'a jamais pu, psychiquement parlant, faire un deuil. La réalité de la perte n'est pas moins présente. Elle impose à Harry de placer cet expérience ailleurs. Ces fous de psychanalystes appellent ça un vécu-non-vécu.
Toute l'histoire est donc le chemin de Harry qui l'aménera à affonter cette partie de lui représentée par Voldemort.
Si on suit l'idée de l'auteur, bien entendu :roll:
"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit"
- Luna Lovegood, sans aucune raison apparente (OP10)

Avatar de l’utilisateur
spero
Préfet(e)-en-chef
 
Messages: 370
Inscription: 29 Mai 2006, 16:48
Localisation: Côté Ouest de l'Atlantique

Messagepar Pat Rorrythe » 07 Déc 2006, 22:12

On peut quand même se dire que Harry ait fait son deuil de ses parents jusqu'à l'arrivée de hagrid qui révèle la nature de ses parents sous un autre jour ! Et c'est là curieusement qu'il apprend l'existence de Voldemort. Donc, une cicatrice presque blessée qui se réouvre (c'est le cas de le dire!)
Ainsi le chien, bien qu’accablé, n’est pas tombé entièrement vaincu, puisqu’il tient son ennemi le loup si étroitement serré que celui-là ne peut vivre sans celui-ci, ni celui-ci mourir sans celui-là. Maier
Avatar de l’utilisateur
Pat Rorrythe
Auror retraité(e)
 
Messages: 1068
Inscription: 12 Mar 2006, 22:56
Localisation: Les pieds sur terre

Messagepar spero » 07 Déc 2006, 23:04

Pat Rorrythe a écrit:On peut quand même se dire que Harry ait fait son deuil de ses parents jusqu'à l'arrivée de hagrid qui révèle la nature de ses parents sous un autre jour ! Et c'est là curieusement qu'il apprend l'existence de Voldemort. Donc, une cicatrice presque blessée qui se réouvre (c'est le cas de le dire!)


Mmmm , intéressant comme lapsus! :roll: :wink:
"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit"
- Luna Lovegood, sans aucune raison apparente (OP10)

Avatar de l’utilisateur
spero
Préfet(e)-en-chef
 
Messages: 370
Inscription: 29 Mai 2006, 16:48
Localisation: Côté Ouest de l'Atlantique

Suivante

Retourner vers Les personnages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron